S.V.P. entrez votre date de naissance afin de confirmer que vous avez au moins 21 ans.

Please enter your birthdate to confirm that you are 21 years old or older.

Jour / Day
Mois / Month
Année / YEAR
Date incorrecte / Invalid entry
Markus Spiske @ Unsplash

Les sols vivants

Le concept de sol vivant n’a rien d’ésotérique. Au contraire. Chère aux adeptes de la culture biologique, cette méthode est la preuve que science et conscience peuvent cohabiter pour travailler de concert avec la nature. 

La production du cannabis n’est pas différente des autres formes d’agriculture. Dans tous les cas, plusieurs méthodes coexistent et possèdent leurs avantages et inconvénients.

Certains producteurs tentent d’obtenir le meilleur rendement, à tout prix. D’autres préfèrent travailler en symbiose avec la nature et maîtriser les concepts biologiques pour obtenir une productivité aussi efficace, sans nuire à l’environnement.

Chez Fuga, notre philosophie de respect de l’humain comme de la nature et notre désir de cultiver en petits lots ne pouvaient laisser place qu’à une seule méthode de production : la culture en sol vivant.

Le sol est un écosystème

Insectes, champignons, bactéries et autres microorganismes composent une microfaune et une microflore parfois invisibles à l’œil nu, mais détenant néanmoins le droit de vie ou de mort sur les plantes.

En agriculture conventionnelle, afin d’obtenir le meilleur rendement de chaque parcelle, on recourt à des engrais chimiques, des pesticides et des herbicides pour favoriser un développement optimal, avec pour conséquence la contamination de la nappe phréatique et des sols. L’utilisation de produits chimiques a un impact néfaste sur la flore, la faune et les individus qui consommeront les fruits de la récolte.

Chez Fuga, nous fuyons ces voies rapides vers l’hyperproductivité. Nous favorisons la santé des sols – et donc des plantes – plutôt que de les gorger de nutriments artificiels ou de pratiquer l’éradication systématique des insectes et microorganismes aux alentours.

« L’idée des sols vivants, c’est de nourrir le sol au lieu de nourrir les plantes, explique Justine Richard, agronome chez Fuga. Le sol est un écosystème vivant. On travaille donc à favoriser l’équilibre entre les différents organismes vivants qui sont présents, afin que les plantes puissent disposer de tous les nutriments dont elles ont besoin. »

La science au service de la nature

Techniquement, cela permet à l’entreprise de conserver les mêmes sols pendant plusieurs années, contrairement à la culture en contenants (en pots) qui nécessite de changer de terreau à chacun des cycles de culture.

« Pour que le sol demeure nourrissant au fil des récoltes, on l’enrichit avec des matières organiques qui, elles, alimentent les microorganismes », détaille la scientifique.

Des études de sol sont pratiquées en laboratoire. De même que des analyses des feuilles des plantes afin de s’assurer qu’elles ne manquent d’aucun élément nutritif. Mais le plus fascinant, c’est la manière dont les plantes interagissent avec les différents microorganismes du sol afin de contrôler leur environnement, dans le but de favoriser leur croissance optimale et d’obtenir des fleurs de qualité supérieure. 

Eh oui, les plantes sont capables de communiquer avec leur environnement. Et le dialogue qu’elles entretiennent avec les différents éléments qui composent le sol contribue à une symbiose bénéfique où chacun trouve son compte.

« Les racines des plantes sécrètent des exsudats, une substance organique plus ou moins fluide qui leur permet de modifier leur environnement, explique Justine. Cela favorise la disponibilité des nutriments dont elles ont besoin et influence la composition microbiologique du sol. »

Entrent en jeu des vers de terre qui accélèrent la minéralisation des matières organiques afin de rendre disponibles les minéraux dont se nourrissent les plantes. L’incorporation de champignons au sol permet aussi de favoriser une symbiose entre les plantes et lesdits champignons. 

Tout ce beau monde est nourri de thés de compost oxygénés, qui stimuleront l’activité biologique du sol. 

« En plus d’être un procédé bio, qui n’emploie aucun produit chimique artificiel, produire en sol vivant permet de laisser les plantes décider de ce dont elles ont besoin comme nutriments à tous les stades de leur développement, soutient l’agronome. En culture hydroponique, il faut constamment ajouter des nutriments à l’eau et modifier les recettes d’engrais chaque semaine pour s’assurer de la croissance des plantes. Avec les sols vivants, on fait des vérifications, mais c’est la nature qui fait le plus gros du travail. »

Cette méthode a aussi comme bénéfice de décupler les qualités aromatiques de la plante, ces fameux terpènes qui confèrent arômes et goûts au cannabis. 

Les insectes bénéfiques

Le règne animal n’est pas en reste. Car ici, aucun insecticide chimique n’est employé pour combattre les parasites qui menacent les récoltes.

« On fait du dépistage tous les jours, relate Justine Richard. Et selon ce qu’on trouve, on fait appel à des insectes bénéfiques qui viendront combattre ceux qui pourraient mettre à mal notre culture. »

Outre des acariens prédateurs, qui font des ravages parmi les insectes nuisibles, on apprécie particulièrement le travail d’une multitude de parasitoïdes, comme les guêpes parasitoïdes. Ces guêpes peuvent pondre à l’intérieur d’une centaine de pucerons au cours de leur vie, entraînant leur mort. Et une fois l’invasion éliminée, elles meurent à leur tour, faute de nourriture.

Cette lutte biologique de tous les instants illustre à merveille le travail des scientifiques qui, plutôt que d’exploiter sauvagement le sol, apprennent à harnacher son potentiel et à l’enrichir sainement, dans le plus grand respect des interactions qui en régissent les principes depuis des temps immémoriaux.

Et au final, le sol le leur rend au centuple.






Contact

info@fuga.ca

2753, boulevard Talbot
Stoneham-et-Tewkesbury
(Québec)  G3C 1K2

Première récolte :
début 2021

J’aimerais être informé par courriel lorsque le produit sera disponible

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.